+33 7 62 64 77 95

Genevieve Dussouchet
Naturopathe

Réflexologie plantaire – Massages bien-être et vitalité

Le jeûne (part.1) : c’est quoi ce truc à la mode ?


Tasse de tisane,  fleurs de tilleuil et citron

Pourquoi ai-je envie de vous parler du jeûne ? Parce-que les effets en sont étonnants, si on l’associe à l’activité physique. Parce-que cette association a des effets multiples et très intéressants sur de nombreux troubles actuels. Parce-que c’est à la mode mais qu’on lit et entend beaucoup de bêtises à ce propos.


UNE DEFINITION DU JEÛNE

Si l’on cherche dans le Larousse, on va trouver ceci : “arrêt total de l’alimentation, avec maintien ou non de la consommation d’eau.”

Le jeûne c’est en fait plus et moins que ça. En situation de jeûne, aucun aliment ne vous parvient de l’extérieur, en effet. Mais votre métabolisme enclenche le programme d’alimentation intérieure.

Pour utiliser une image, le corps humain, comme une voiture, a besoin de combustible (sucres et graisses) sans quoi il ne fonctionne pas. Si vous mangez plus que nécessaire, votre corps constitue des réserves de graisse qui peuvent être comparées aux bidons d’essence que vous gardez dans votre coffre. En cas de jeûne, les cellules graisseuses relâchent les calories stockées dans le sang. Celui-ci les répartira aux cellules de l’organisme qui en ont besoin. Celles-ci seront donc nourries de l’intérieur. En reprenant notre exemple, c’est comme si le conducteur ne passait pas par la station essence mais se servait des bidons de réserve.

Eh oui, le jeûne n’est pas un état de manque de nourriture mais une conversion à l’alimentation de réserve : même en jeûnant, nos cellules disposent sans arrêt du combustible nécessaire.


LE JEÛNE C’EST POUR QUI ?

La pratique du jeûne en tant que discipline préventive s’adresse à des adultes en bonne santé. Elle pourra être encadrée par un naturopathe sur avis de votre médecin. Elle est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes, aux personnes présentant des troubles alimentaire tels que l’anorexie ou la boulimie ainsi qu’aux personnes très âgées ou très affaiblies.